NEACIA

NEACIA

Il fut un temps où divers mondes pouvaient voyager et communiquer entre eux. Les deux principaux axes commerciaux étaient la Terre et Neacia, qui avaient réussi à développer un système de machines permettant de se téléporter d'un point « A » à un point « B », à condition d'avoir les coordonnées exactes des planètes.
Déjà présente sur Neacia depuis des temps immémoriaux, la magie s'installa peu à peu sur Terre grâce à ces échanges et des alliances se formèrent entre ces deux mondes. Cependant, les forces du mal émergèrent rapidement et une longue bataille éclata sur Neacia, qui, pour protéger la Terre, encore novice sur le plan magique, détruisit tous les Téléporteurs. La Terre a su se développer sans l'aide de la magie, qui est tombée au rang de « légende », de chose « irréelle », et Neacia s'est lentement reconstruite, ayant perdu leur meilleur allié. Toutefois, un Téléporteur fut retrouvé et les neaciens retournèrent sur Terre afin de le protéger discrètement des Démons œuvrant toujours dans l'ombre.
À l'heure actuelle, un puissant Démon rassemble ses fidèles afin d'envahir à la fois la Terre et Neacia. Ayant des effectifs réduits, Neacia se voit dans l'obligation de faire appel à une ancienne légende, celle des « Gardiens » : un groupe de Mages pouvant vaincre n'importe quelle menace. Mais dans quel camp se rangeront-ils vraiment ? Et sont-ils réels ?

Sommaire

Les Gardiens de lumière

Deux mondes, de la magie, un Démon. Une seule mission pour les quatre Gardiens : combattre « Le Fléau ». Eléa, jeune étudiante dont la destinée est d’incarner l’un d’entre eux, parviendra-t-elle à accomplir sa mission alors que le temps à ce groupe de Mages leur est compté ?

L'aventure Neacienne commence ! (lien)

Fiche de lecture

Public : 12 ans et +
Types : Roman
Genre : Fantasy
Sous-genre : Urban fantasy
État : en cours
© Tous droits réservés

NEWSLETTER

NEWSLETTER

NEWSLETTER

Articles récents

À PROPOS du créateur

Auteure et blogueuse

Eléa Grévin

Enfant timide et introvertie sans vraiment le savoir, je me suis naturellement réfugiée dans les livres et la plume. Préférant l’imaginaire aux moqueries des collégiens passant pour de simples moutons afin d’être acceptés dans tel ou tel groupe « populaire », l’imaginaire m’a ouvert des issues de secours dans lesquelles j’ai appris à grandir et à avoir un œil différent.

laissez un commentaire