Auteur : Asthom - Thomas MADER

An 333 après Grand Cataclysme. Morilayn, Palais Royal de Talgard.

Il me semble que la dernière année qui s’est écoulée a été la plus épouvantable de toutes pour notre pays.

C’est en l’an 333 après le Grand Cataclysme où la pire menace qu’ait connue le Grand Tout apparaît mystérieusement sur le Monde de Celestia…

À première vue, rien ne laisse présager que de nombreux conflits déchirent les terres de Morilayn, l’un des trois pays du continent d’Eto. Sa végétation riche et luxuriante, aux multiples couleurs et senteurs, couvre une grande partie du territoire. Cette dense flore s’étend jusqu’au sud du pays, au-delà de la capitale Talgard. À quelques kilomètres plus écartés de Fort Nimis, elle laisse place, aux frontières du Désert Doré, à un sable brillant comme des milliards de paillettes d’or.

Je me souviens encore lorsque j’étais qu’un enfant, des hordes de Marshmallowsaures dévalant à toute hâte les collines ardues de la Clairière Verdoyante, transportant avec eux un nombre impressionnant de Bec-kis qui picoraient au passage leur corps bleu et rose fait de guimauve.
C’est à Talgard où je passais la majorité de mon enfance avant de faire mon entrée dans l’Ordre des Ingénieurs. Né de parents humains, ma mère, conseillère en relations internes du pays, travaille au cabinet du Ministre Riverr, tandis que mon père oeuvre lui aussi au service de la Cour en tant que bâtisseur. Haut rang dans les classes sociétales, il est responsable de la conception de nos villes et celles de demain.

À l’âge de 25 ans, je quittais l’Ordre des Ingénieurs pour me consacrer à étudier la magie ; de ce qu’il la constitue, son comportement ou son utilisation. Des années plus tard, je découvris dans les profondeurs de Morilayn les vestiges d’une civilisation qui fut jadis plus évoluée technologiquement que nous.
Cette découverte fut un grand pas technologique pour le pays, bien qu’une majeure partie ne pouvait être exploitée. Grâce à cette dernière, je me vis proposer le poste de chef du département scientifique de la Cour Royale par le Roi lui-même. J’ai accepté.

J’étais donc à la tête de l’élite de Morilayn pendant plusieurs années, dévoué à mon pays, duquel j’endossais toute la responsabilité sur mes épaules.

Jusqu’à ce jour… Voici mon histoire.

PARTAGEZ CETTE ŒUVRE

COMMENTAIRES