Auteur : Asthom - Thomas MADER

L’ennemi de mon ennemi est mon ami

Elkiu s’était isolée dans une petite salle composée d’une petite table ronde avec deux chaises dans la Chambre des Guildes de Talgard depuis maintenant plus de quinze minutes. Tentant désespérément de trouver une solution à la faible trésorerie de sa guilde, la jeune chef de légion ne pouvait pas compter sur l’aide de Kimy, nouvelle recrue, qui l’avait accompagné.

– Kimy : Non mais tu verrais les nouvelles chaussures que je me suis achetées ce matin, elles sont trop joliiiiies. Oh ! J’tai dit que le groupe ETC se produit ce soir au Grand Théâtre de Talgard ? Rhalala… J’ai hâte…

– Elkiu : T’as fini de me les briser ? J’essaie de bosser. 

– Kimy : Mais qu’est-ce que tu fais au juste… ?

– Elkiu : Pour la troisième fois, je tente de planifier nos dépenses pour les mois à venir. Avec Asthom qui pique sans arrêt dans le coffre de guilde, on va finir par se retrouver à sec si personne ne se bouge le cul. Alors… LAISSE-MOI TRANQUILLE !

– Kimy : T’es pas gentille. J’me suis quand même proposé de t’accompagner hein.

– Elkiu : Quoi ?! C’est moi qui t’ai proposé, car tout le monde t’a laissé tomber. Qu’est-ce qu’on ne peut pas entendre sérieux !

– Kimy : N’empêche t’es pas très gentille de me parler comme ça. Ooh un joli papillon !

Kimy poursuit l’insecte laissant Elkiu respirer un moment.

– Elkiu : Retiens-toi Elkiu… Bon, où j’en étais ? Tin ! Elle m’a fait perdu le fil cette bouffonne… Ah oui, si nous arrivons à faire des économies sur l’achat de bijoux…

– Je ne le te suggère pas.

– Elkiu : Hein ?

Un homme d’une trentaine d’années au teint mat, cheveux et yeux noirs, venait d’interpeller la jeune chef de guilde pour lui soumettre quelques conseils.

– Tu cherches à faire des économies pour ta guilde c’est bien ça ?

– Elkiu : J’crois pas non ! De quoi j’me mêle ?

– Je prends ça pour un oui.

– Elkiu : T’es qui d’abord ?

– Un futur ex-officier des NB. Je m’en vais déposer ma démission. 

– Elkiu : Un NB ?! Pouah !

*crache*

– Elkiu : Tu peux te les garder tes conseils.

– Tu sembles ne pas les porter dans ton coeur.

– Elkiu : Ta guilde de guignols n’arrête pas de faire chier la mienne. Alors passe ton chemin, je n’ai pas envie de te parler.

– C’est dommage de réagir comme ça envers une personne qui ne veut plus rien à voir avec eux.

– Elkiu : Pourquoi je te croirai ? Ça peut bien encore être un plan tordu de cet enfoiré de Magewar.

L’homme lui tend un papier portant le sceau des Guildes de Morilayn.

– C’est une rupture de contrat de guilde. Regarde. 

Ce dernier aborde le Greffier des Guildes à quelques mètres de la jeune femme qui lui fait signer le contrat de rupture, se retrouvant ainsi officiellement sans guilde.

– Je ne suis plus un NB.

– Elkiu : Pourquoi as-tu fait ça ?

– Lorsque tu rentres en contradiction avec Magewar, tu te retrouves très vite isolé et mis au placard.

– Elkiu : Typique de cette fouille-merde, j’imagine.

– En effet, je ne te contredirai pas là-dessus.

– Elkiu : Je ne comprendrai jamais les gens qui s’engagent dans cette merde.

– Beaucoup viennent pour la gloire, l’argent et le stuff, mais tu peux vite être déçu. Rien de tout cela pour les nouvelles recrues. Si tu ne fais pas tout et n’importe quoi pour bien te faire voir par le chef, tu n’es rien. Magewar a déjà sa petite garde personnelle, autant dire que la barre est haute.

– Elkiu : Tu en faisais partie ?

– Oui. Je m’occupais des finances de la guilde, d’où la petite aide de tout à l’heure.

Jaillissant de nulle part, Kimy interrompt leur conversation.

– Kimy : J’suis trop deçu quoi, je n’ai pas réussi à attraper ce papillon. Oooh mais c’est qui ? C’est ton petit copain Elkiu ? Mais c’est trop mimi ! Promis, je ne dirai rien aux autres hi hi.

Elkiu s’adresse à l’ex-NB.

– Elkiu : Tu peux surveiller deux minutes mes affaires ? Je reviens. 

La chef des Extracteurs, visiblement très remontée, chope sa recrue par le bras et l’emmène à l’extérieur de la Chambre des Guildes.

– Kimy : Hey mais où on va ? Aie tu me fais mal… Mais arrête !

PARTAGEZ CETTE ŒUVRE

COMMENTAIRES