Auteur : Asthom - Thomas MADER

Sans dessus dessous, Talgard fait face à l’une des crises majeures de la décennie. La garde, les GS, les guildes et habitants qui le peuvent, mettent tout en oeuvre pour aider les réfugiés de proches contrées. Mais le pire reste à venir…

An 333 après Grand Cataclysme, 1er octobre. Palais Royal de Talgard, laboratoire. 9h21. 

9h21 : 4 heures et 41 minutes avant les premières perturbations magiques.

Dans les laboratoires de la Cour situés au sous-sol du Palais Royal de Talgard, une femme scientifique remarque quelques anomalies magiques qui se produisent.

– Hm…

La scientifique tapote quelques informations sur la projection holographique de l’écran de son terminal en vérifiant quelques paramètres.

– Étrange. Rolan, regarde ça.

– Rolan : Que dois-je regarder Amanda ?

– Amanda : Là. Fluctuation anormale des ondes magiques, et ce n’est pas la première fois que cela se produit.

– Rolan : Le soleil perturbe bien les ondes électriques. Pourquoi pas les ondes magiques ? Tu as vérifié ?

– Amanda : Je l’ai fait oui. Aucune activité solaire anormale. Je ne vois pas ce qui pourrait provoquer ça.

– Rolan : Si on augmente la fréquence de quelques térahertz en isolant chacune des couches…

– Amanda : Rien. C’est étrange tu ne trouves pas ?

– Rolan : Plus rien ne me surprend désormais.

Un homme frêle aux cheveux bruns, au teint pâle et aux traits juvéniles, semblant plus jeune que les deux scientifiques, fait irruption dans le laboratoire en franchissant deux portes automatiques. Après son passage, ces dernières se referment sans provoquer la moindre nuisance sonore.

– Amanda : Monsieur Ave, vous devriez venir voir.

L’homme s’approche de ses deux collègues agglutinés près leur écran de contrôle et vérifie à son tour les informations présentes.

– Ça continue…

– Rolan : Daenor, qu’est-ce que c’est ?

– Daenor Ave : J’ai remarqué que la Magie se trouvait être instable ces derniers jours. Toutefois, j’ignore pourquoi et comment.

– Rolan : Pourquoi ne pas nous en avoir fait part bien avant ?

– Daenor Ave : Je voulais en être sûr.

– Rolan : Et maintenant ?

– Daenor Ave : Maintenant, gardez un œil sur cela. J’attends un rapport toutes les heures. Ne loupez pas la moindre fluctuation.

– Rolan : Bien Daenor.

Daenor Ave quitte aussitôt la salle, ne laissant présager aucune émotion sur son visage. Mais au fond de lui, la situation dans laquelle se trouve la Magie depuis maintenant plusieurs jours l’inquiète sérieusement. Si quelque chose devait arriver à Morilayn tout en sachant qu’il détenait des informations à ce propos, en tant que responsable du département scientifique de la Cour, il en serait le premier responsable.

– Amanda : Tu penses qu’il sait quelque chose ?

– Rolan : Je connais Daenor depuis des années. Crois-moi, il ne sait rien de plus que nous, et c’est ça le problème.

An 333 après Grand Cataclysme, 1er octobre. Talgard.

15h01 : 59 minutes après les premières perturbations magiques.

Une heure après le début des perturbations des flux magiques qui entraînaient de nombreuses catastrophes naturelles, dont de violents tremblements de terre qui causèrent peu de dégâts dans la capitale, mais bons nombres dans tout le continent d’Eto, le chef des Grands Sages, Asthom, coordonne ses collègues. Près de l’entrée sud de la cité, le GS et son équipe portent secours à la population et accueillent les premiers réfugiés qui affluent des contrées voisines de Morilayn.

 Asthom : Sirred, le quartier des Nains a fortement été touché. Tu devrais t’y rendre. Felicia, les réfugiés ont besoin de nourriture et provisions. Le quartier des commerçants doit en fournir gratuitement. Assure-toi que ça soit bien le cas.

 Owynes : Euh… Tu ne nous aurais pas oubliés ?

– Asthom : Vous… !

 Liliana : Arrête. Nous devons laisser nos divergences de côté un moment et nous concentrer à venir en aide à toutes ces victimes. Owynes, vous devriez vous rendre à l’Ordre des Prêtres. Ils font leur maximum pour aider les blessés grâce à l’alchimie et l’herboristerie, mais ils ont besoin d’autres mains.

 Owynes : Bien, on y va. Merci Liliana.

Liliana prend le jeune sorcier à parti.

 Liliana : Tu exagères…

 Asthom : Je ne peux pas aller à l’encontre de ma nature.

Tandis qu’Owynes et son compagnon, tous deux GS de la guilde NB, partent pour l’Ordre des Prêtres, Athali accourt près d’Asthom et Liliana pour faire son rapport.

– Asthom : Du nouveau ?

 Athali : Le Roi est en sûreté au palais. Je n’ai pas pu le voir, mais on m’a affirmé qu’il n’y a pas que le continent de touché. C’est tout Celestia.

 Liliana : Ça ne me dit rien qui vaille… Et pour la Magie ?

 Athali : L’Ordre des Mages essaie tant bien que mal d’identifier la cause des perturbations et de trouver une solution pour la rétablir, mais ils se heurtent à un mur.

 Asthom : Ce n’est pas le problème de la Cour. Ils ont intérêt à trouver une solution, et vite.

 Liliana : Athali n’y est pour rien tu sais…

Le chef des GS hausse le ton d’agacement.

 Asthom : Excuse-moi d’être tendu lorsque j’essaie de gérer tant bien que mal l’une des plus grandes crises de ces dernières années.

 Elkiu : Ici !

 Asthom : Quoi encore… ?

Lorsque la terre se mit à trembler pour la première fois et que tout le monde se retrouvait dispersé, Elkiu tomba sur une vieille femme visiblement blessée par l’éboulement d’un bâtiment. Ne pouvant pas la soigner avec sa magie, la prêtresse prit la décision de lui venir en aide autrement en l’escortant jusqu’à l’Ordre des Prêtres où elle pourrait disposer de premiers secours. Mais ralentie par cette dernière, Elkiu avait parcouru seulement quelques centaines de mètres depuis la prise en charge de la grand-mère.

 Elkiu : Cette mamie a besoin d’aide.

 Asthom : Est-ce que j’ai une tête de prêtre ?

 Elkiu : Merde commence pas ! Tu ne vois pas que seule je n’arriverai jamais à la transporter jusqu’à l’Ordre des Prêtres ?!

 Athali : Je vais m’en occuper avec un garde. Laisse-nous faire Elkiu.

Avec l’aide d’un garde se trouvant à proximité, le GS Athali saisit la vieille dame et s’en va.

 Elkiu : Bon, qu’est-ce qui se passe ?

 Asthom : C’est le bordel, partout. La Garde Royale est débordée, les Ordres de Talgard sont débordés, nous sommes débordés. C’est le chaos total !

 Elkiu : Où sont les Amazones ?

 Asthom : J’en sais rien. Ce sont tes amies, pas les miennes.

 Elkiu : J’vais le défoncer.

 Pearl : Yeah vas-y défonce-le !!!

 Asthom : Pearl ?

S’étant perdue lors de la cohue générale en sortant de l’arène, Pearl avait finalement retrouvé les Extracteurs.

 Pearl : J’sais où sont vos Amazones ! Elles pavanaient leur cul près de la bibliothèque y’a même pas cinq minutes. Elles discutaient avec l’autre grande blondasse.

 Elkiu : La Déesse ?!

 Pearl : Ouais, il me semble.

 Asthom : Sainte-Boîboîte se serait-elle décidée de nous venir en aide ? Comme c’est mignon tout plein.

 Elkiu :

*POUM*

An 333 après Grand Cataclysme, 1er octobre. Palais Royal de Talgard, laboratoire.

10h23 : 3 heures et 39 minutes avant les premières perturbations magiques.

Deux heures après les relevés effectués par les deux scientifiques présentant l’instabilité de la Magie, le chef du département, Daenor Ave, revient voir ses collaborateurs pour se livrer à une petite expérience.

 Daenor Ave : Vous deux, venez par ici je vous prie.

 Rolan : Daenor ? Que comptes-tu faire avec ces deux pommes ?

 Daenor : Tais-toi et regarde.

 Amanda : Nous sommes censés voir quoi ?

 Daenor : Rien. Je n’ai pas commencé… Bien. Les relevés faits par cette machine peuvent se révéler être faussés, par un dysfonctionnement par exemple. Jusqu’ici nous sommes d’accord ?

 Rolan : Ça peut arriver oui, mais ça m’étonnerait tout de même. Notre technologie est en général assez fiable.

 Daenor : Petite expérience. Ces deux pommes que vous voyez-là ont vécu assez longtemps à l’extérieur pour se gorger de magie. La Magie vibre à une même fréquence harmonique encore et toujours, comme vous et moi ou n’importe quel élément de notre Monde. Ce petit appareil que vous voyez là, où j’ai pris le soin de l’améliorer un peu, sert à isoler cette fréquence et à la mesurer. En théorie, cette dernière devrait être constante comme toute variable qui fonde notre Univers, mais si la Magie est perturbée…

 Amanda : Les fréquences varieront du tout au tout.

 Rolan : Daenor c’est…

 Daenor : Grandiose ? Non, juste des bases élémentaires à savoir. Allons-y.

Le scientifique approche son appareil de mesure près de la première pomme, puis enchaîne sur la seconde en constatant les mêmes résultats.

 Daenor : Je pense qu’il n’y a plus trop de doute à avoir…

An 333 après Grand Cataclysme, 1er octobre. Palais Royale de Talgard, salle des opérations militaires.

14h22 : 20 minutes après les premières perturbations magiques.

Le Roi Georges de la Foutaise avait la veille dépêché plusieurs escouades pour se rendre sur des points de convergence de flux magiques dans l’espoir d’empêcher la pire menace qu’ait connu le Grand Tout à travers les âges.

Avec Riverr, son proche Ministre, les deux hommes tentent de gérer la crise que traverse Morilayn, quelques minutes après les premières perturbations magiques.

 Georges de la Foutaise : Quelles sont les nouvelles Riverr ?

 Ministre Riverr : C’est la panique sur tout le continent d’Eto Votre Majesté. Des villages se retrouvent à moitié détruits en raison de tout ce qu’a causé la perturbation des flux, et certains réfugiés des Contrées de Talgard commencent à affluer.

 Georges : L’effet domino… Avez-vous pu contacter Nolziir ?

 Riverr : Aucune réponse de la Reine Alma. Mais d’après nos informations, c’est autant la pagaille chez eux que chez nous.

 Georges : Hm… La situation commence à être préoccupante.

 Riverr : L’Ordre des Mages tente par tous les moyens de rétablir la Magie par je ne sais quels moyens, mais ça s’annonce très compliqué.

 Georges : Je vois.

 Riverr : Et ce n’est pas tout. Un affrontement illégal entre plusieurs guildes a été interrompu lorsque la perturbation a débuté.

 Georges : Qui ?!

 Riverr : La guilde NB contre un regroupement de plusieurs légions qui se fait appeler « l’Alliance ».

 Georges : Hm… Encore cette histoire…

En prenant un air grave, mais déterminé, le Roi s’adresse à l’un de ses généraux présents dans la salle.

 Georges : Général. Prévenez les autres Ordres de la ville de faire tout leur possible pour aider les habitants du pays qui affluent à Talgard. Si vous trouvez le chef des GS, donnez-lui carte blanche pour coordonner ses équipes. Je veux tout le monde sur le front.

 Bien Votre Majesté.

À peine sorti de la pièce qu’une grande dame aux longs cheveux blonds à l’apparence d’humaine, mais sans l’être, y pénètre à son tour. Le Roi demande aussitôt à son Ministre de se retirer qui, en quittant les lieux, prend le soin de refermer la porte.

 Georges : Je ne m’attendais pas à vous voir ici Sainte-Boîboîte.

 Déesse Sainte-Boîboîte : Ils sont arrivés Georges. Malgré tous vos efforts, l’inévitable s’est produit, une fois de plus…

 Georges : Je viens de l’apprendre oui… L’un de mes meilleurs scientifiques a capté leur signature magique un peu partout dans le Monde. Certains lieux correspondent à des points de convergences de flux magiques où j’ai envoyé des escouades. Pour l’heure, j’ai perdu contact avec eux. Coïncidence ? Je ne pense pas… Navré d’avoir sous-estimé la gravité de la situation Boîboîte…

 Sainte-Boîboîte : Vous n’auriez rien plus faire d’autre… Quand est-il pour les autres escouades ? Qu’ont-ils vu ?

 Georges : Rien d’anormal n’a été signalé à part les ravages qu’a faits la Magie.

 Sainte-Boîboîte : Ils auront été plus malins que nous. Georges… Il faut intervenir, sinon, Celestia connaîtra le même sort que mon Monde, Adea’leim…

 Georges : Cela ne se reproduira pas. Je ne les laisserai pas faire.

 Sainte-Boîboîte : Nous devrions éviter d’ébruiter leur arrivée tant que l’on peut. Ce n’est qu’une question de temps avant que notre ennemi fasse parler de lui… Mes Amazones agiront dans l’ombre. Veillez à ce que vos hommes en fassent autant.

An 333 après Grand Cataclysme, 1er octobre. Talgard.

15h29 : 87 minutes après les premières perturbations magiques.

 Ico : Des blessés continuent d’arriver, c’est la misère. Ça n’arrête plus.

 Kimy : Ouais même que y’en a qui m’a vomi du sang dessus. Il a taché mon beau stuff…

 Lux : Quelle tristesse…

Un membre de la Garde Royale, visiblement haut gradé du fait de son style vestimentaire légèrement différent, s’approche à grands pas des Extracteurs toujours accompagnés de Pearl et Luxyario, ainsi que de Nosphératus qui les avait rejoints. Pour les gardes, il était coutume que leur équipement se voulût être en plate et de couleur grise anthracite luisante conférant un aspect majestueux à la cuirasse. Sauf que ce dernier arpentait les rues de Talgard affublé d’un blindage blanc-argent, symbole de rang élevé au sein de la défense royale.

 Monsieur Sacra ?

 Asthom : Oooh… Le Roi nous fait l’honneur d’être presque présent.

 Sa Majesté m’a confié de vous informer que vous avez carte blanche pour la gestion de cette crise.

 Asthom : C’est très aimable à lui, mais je ne vous ai pas attendu pour organiser les GS… Les guildes non plus d’ailleurs.

 Nous vous en tiendrons pas rigueur. En avez-vous appris un petit peu plus sur ce qui se passe ?

 Liliana : L’Ordre des Mages tente d’identifier ce qui provoque les perturbations de la Magie pour résoudre le problème, mais apparemment, ce n’est pas demain la veille. Nous venons de croiser deux Apprentis. Vraisemblablement, ils leur aient impossible pour le moment de trouver la réponse à leurs questions. Je crains que…

Subitement, deux jeunes filles sortent de nulle part en se précipitant près d’eux. L’une en larme et au visage terrifié, tandis que l’autre tente de la rattraper en hurlant son prénom et en manquant de trébucher à plusieurs reprises.

 Chloé !  Attends ! S’il te plaît !

 Chloé : Tout est de ma faute Max ! Tout ça ne serait pas arrivé sans moi !

Elkiu s’interpose.

 Elkiu : Woooh woooh ! Doucement les filles. Qu’est-ce qui se passe ?

 Chloé : C’est de ma faute ! C’est moi qui a provoqué cette catastrophe…

 Max : Nous n’en savons rien Chloé.

 Asthom : Une minute. Tu es en train de nous dire que c’est toi qui serais la cause de ces perturbations ?

– Chloé : Oui ! Je suis l’unique responsable… Et maintenant, nos familles ont disparu… Ils sont peut-être morts par ma faute !

L’adolescente refond en larme.

 Nosphératus : Que s’est-il produit… Max ?

– Max : Nous avons découvert un très vieux grimoire qui décrit une forme de magie capable de manipuler le temps, mais pas comme les Illusionnistes peuvent le faire. C’est bien plus puissant à tel point qu’il est en théorie possible d’exercer des longs sauts dans le passé et le futur. Nous avons voulu essayer et au moment de lancer le sort, la terre s’est mise à trembler sous nos pieds. En l’espace de quelques secondes, nous étions à l’extérieur de la maison effondrée sur elle-même, et les perturbations ont commencé…

– Chloé : Je suis tellement désolée… Désolée…

– Elkiu : Avez-vous toujours ce grimoire sur vous ?

– Max : Oui, tenez.

La jeune fille qui réussissait à garder son sang-froid transmet le vieux grimoire qui peut sembler être la source de toutes les catastrophes qui touchent l’intégralité du Monde de Celestia.

 Asthom : Tu penses vraiment que l’origine de ces perturbations peut provenir de ce livre ?

 Elkiu : J’ai du mal à y croire. Mais si ça l’est, ce bouquin nous apprendra l’origine de celles-ci et comment les stopper. On devrait l’apporter à l’Ordre des Mages

– Max : Nous sommes désolées, nous ne voulions…

 Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

Des cris de panique se font brusquement entendre un peu partout aux abords des portes nord de la cité, interrompant aux passages les excuses de la jeune fille.

Une foule d’habitants tentant de fuir quelque chose viennent à alerter toutes les personnes qu’ils croisent.

 On nous attaque !!!

 Pitié aidez-nous ! Ils arrivent par les portes nord et ouest ! Aaargh…

Le haut gradé de la Garde Royale prend à parti un citoyen.

 Qu’est-ce que vous avez vu ?

 Des Ordex, des Humains, Elfes, Nains, Curgriffes… Une faction tout entière !

 Vous êtes blessé ?

 Oui, mais j’ai perdu ma femme dans la cohue générale. Je vous en prie, aidez-moi à la retrouver, pitié…

 Tout ira bien monsieur. Partez vous mettre à l’abri et ne…

Des bruits assourdissants retentissent subitement dans toute la ville. Les rues s’assombrissent à mesure que de gigantesques aéronefs apparaissent un peu partout dans le ciel, surplombant ainsi la capitale…

Elkiu observe l’un d’eux, le plus démesuré aussi bien qu’en taille qu’en architecture, et aperçoit une silhouette se tenant sur le pont principal surplombant Talgard contemplant la ville assiégée. Pour la jeune femme, le pire était encore à venir…

PARTAGEZ CETTE ŒUVRE

COMMENTAIRES